«

»

fév 02 2013

Un Hawkeye équipé d’un nouveau système de liaisons de données

DSCN3396 Le premier des 3 Hawkeye de la flottille 4F vient d’être équipé du nouveau système Multimedia Asset Recording Capability for Data Link (MARCDL).

Le MARCDL fait entrer le Hawkeye dans une nouvelle dimension, notamment dans le domaine des liaisons de données. Le système est avant tout une passerelle autorisant l’échange des informations entre les principaux réseaux utilisés dans les forces (liaisons 11 et 16). Ces liaisons sécurisées et discrètes permettent à des unités air, surface, terrestre et sous-marine de partager entre-elles leur situation tactique construite à partir de leurs capteurs (radar, IFF, guerre électronique, observation visuelle, …).

Ces informations ainsi que celles du système AIS (transpondeur des bâtiments de surface) sont présentées sur une tablette tactile installée dans le cockpit puis transmises vers les trois tacticiens.

Au mois de mai 2012, une campagne d’essais menée en collaboration avec la Délégation Générale pour l’Armement (DGA) avait permis de contrôler la totale intégration des équipements dans l’aéronef. À terre comme à bord du porte-avions Charles De Gaulle, le système a été éprouvé dans les situations aéronautiques les plus critiques. Pendant les phases de catapultage et d’appontage,  la tablette est repliée au sol. En vol, celle-ci est déployée sur un bras télescopique et exploitée par le copilote.

Le MARCDL renforce ainsi de manière considérable le potentiel du Hawkeye en matière de coordination et de commandement. C’est l’ensemble de la communauté marine qui bénéficie de cette plus-value, avec un Hawkeye jouant le rôle de traducteur entre unités équipées L11 ou L16. Le partage et la diffusion de la situation tactique reste un facteur de réussite majeur dans un contexte opérationnel complexe.

Le Hawkeye a pour mission principale, à partir du porte-avions, d’assurer la sûreté d’une force navale contre les menaces aériennes et de surface grâce à ses capacités de détection, d’identification lointaine, de contrôle et de guidage des avions d’interception. Il permet également de soutenir les missions aériennes d’interception et d’assaut contre des objectifs navals et terrestres, et d’élaborer la situation tactique. Il sert également de relais d’informations et de données au sein du groupe aéronaval, et participe aux opérations spéciales de guidage de l’hélitransport et du SAR (Search and Rescue) de combat.

Sources : © Marine nationale

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :