«

»

fév 02 2013

Mali : Focus sur le Boeing C 135, « Citerne volante »

C135-02 Vendredi 25 janvier 2013, tarmac de la base Kosseï à N’Djamena, un Boeing C 135 se prépare au décollage. Deux Rafale le suivront pour aller frapper des objectifs au Mali. Pendant plus de six heures, le C 135 va assurer la permanence du ravitaillement pour les deux chasseurs, augmentant ainsi leur autonomie sur zone.

Le 11 janvier 2013, conformément à la décision du Président de la République d’intervenir au Mali, un dispositif puissant se met en place. Ainsi, le Groupement de ravitaillement en vol (GRV)  de la base aérienne d’Istres a été projeté à N’Djamena dès les premières heures de l’opération.

La force Epervier compte habituellement un C 135 ravitailleur sur le tarmac de la base aérienne 172 de Kosseï. Le 09 janvier 2013, un aéronef supplémentaire est arrivé assurant le convoyage des 3 Mirages 2000 D, initialement prévus pour assurer la relève des avions en place à N’Djamena. Au cours de la première semaine d’intervention au Mali, jusqu’à 5 Boeing C 135 étaient stationnés sur la base de N’Djamena… Tout au long de la première semaine, les aéronefs ont assuré les missions de ravitaillement et ont ainsi permis aux avions de chasse d’effectuer les premiers raids aériens sur le théâtre malien. Renforçant l’effectif de la force Epervier tant en appareils qu’en personnel, ce sont neuf équipages complets qui se sont relayés nuit et jour pour assurer le ravitaillement en vol des Mirage 2000D, des Mirage F1 CR ainsi que des Rafale.

Un avion de chasse dispose d’une autonomie d’environ deux heures de vol et cette autonomie peut être étendue grâce au ravitaillement en vol. Les C 135, souvent comparés à des « stations service volantes » sont indispensables et permettent aux autres aéronefs de pouvoir effectuer des missions avec une élongation plus importante. Le Boeing a une capacité d’emport de près de 90 tonnes de carburant. Pour des missions sur le Mali au départ de N’Djamena, les C 135 effectuent une livraison de 25 tonnes de carburant aux chasseurs qui accomplissent 3 heures de vol à l’aller et au retour. Ravitailler est en fait une opération conjointe de plusieurs C 135 pour deux ou trois avions de chasse. Cette méthode permet de leur livrer plus de carburant une fois arrivés sur le site, et d’augmenter leur présence sur zone.

Les températures élevées et la configuration du théâtre africain imposent une masse maximum au décollage. Avec près de 40°C, il faut limiter le poids de l’avion pour parer tout risque de panne moteur au décollage. Par conséquent, il faut diminuer les pleins de l’aéronef, et charger beaucoup moins que les 90 tonnes de capacité offerte. Il existe deux modes de ravitaillement en vol. Le premier se fait à partir de la perche centrale qui se situe à l’arrière de l’avion. L’opérateur de ravitaillement, plus communément appelé le « BOOMER », effectue cette action depuis sa cabine grâce à un système qui utilise un « panier » au bout d’un tuyau souple fixé en extrémité d’un télescope. Ce geste demande beaucoup de précision et d’exactitude dans les procédures. Deuxième méthode : un ravitaillement sur les POD qui sont situés aux extrémités des ailes de l’avion. Pour cette option, le BOOMER reste en cabine avec les trois autres membres de l’équipage, et effectue le ravitaillement à l’aide de petites caméras implantées dans l’avion qui permettent de surveiller la livraison de carburant et ainsi assurer la sécurité vis-à-vis des chasseurs. Cette technique est plus aisée pour les avions de chasses et permet surtout, de ravitailler deux appareils simultanément.

Le Boeing C135 assure des missions de ravitaillement en vol mais aussi de transport stratégique de fret, de passagers ainsi que d’évacuation sanitaire. Au déclenchement de l’opération Serval, le GRV, sollicité dans des délais très brefs, a su répondre immédiatement à la mission essentielle qui lui était confiée : renforcer le dispositif Epervier pour assurer le ravitaillement en vol des missions quotidiennes des avions de chasse sur le Mali.

Sources : EMA
Droits : Ministère de la Défense

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :