«

»

juin 06 2012

Tiger, Tiger…

Tiger Meet 1 Du 28 mai au 8 juin 2012, le feulement des escadrons, arborant comme emblème un tigre, retentit sur la base aérienne d’Œrland en Norvège qui accueille le Nato Tiger Meet 2012.

 

L’escadron de chasse et d’expérimentations 5/330 «Côte d’Argent» de la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan ainsi que l’escadron de défense sol air (EDSA) 1/950 «Crau» de la base aérienne 125 d’Istres renforcé par les EDSA d’Avord, de Luxeuil, de Saint-Dizier et de Mont-de-Marsan participent à cet exercice international. Une délégation de l’escadron de chasse (EC) 1/7 «Provence», gérant les traditions de la SPA 162 « Tigre » depuis la dissolution de l’EC 1/12 «Cambrésis», s’y trouve également.

Les moyens aériens (une cinquantaine d’aéronefs) sont déployés sur la base aérienne d’Œrland tandis que les moyens sol-air sont stationnés sur le site de Hjerkinn. Treize nations ont répondu présent pour l’édition 2012 de l’exercice otanien (Allemagne, Belgique, États-Unis, France, Hongrie, Italie, Norvège, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Royaume-Uni, Suisse et Turquie).

L’objectif principal de l’exercice est d’entraîner les équipages à la préparation et à l’exécution de missions complexes de type COMAO (Combined Air Operations – opérations aériennes combinées) , CAS (Close Air Support – appui aérien rapproché), ou d’extraction de ressortissants en intégrant des forces spéciales et des moyens de CSAR (Combat Search and Rescue – recherche et sauvetage au combat).

D’un niveau tactique élevé, l’exercice est mené dans un contexte international et préparé conjointement entre toutes les unités participantes. Les scénarios couvrent tous les spectres de la troisième dimension. Réalistes et évolutifs, ils sont systématiquement associés à de nombreuses menaces air-air et air-sol. Le travail en patrouilles mixtes est privilégié pour améliorer l’interopérabilité entre les nations. De plus, l’interaction entre les plateformes aériennes et terrestres, grâce à la liaison 16 notamment, est systématiquement recherchée.

La complexité de ces missions de combat offrira l’occasion aux pilotes du «Côte d’Argent» de tirer de nombreuses conclusions quant aux nouvelles capacités apportées par le standard F3 du Rafale.

Le dispositif de défense sol-air profite également de l’activité aéronautique dense et du contexte international pour entraîner son personnel dans un cadre réaliste. Le Nato Tiger Meet 2012 offre aux EDSA la possibilité de réaliser pour la première fois une connexion en liaison 11 B entre un système norvégien et une cellule tactique automatisée française.

Les échanges permanents effectués en langue anglaise apportent également une plus-value incontestable aux 93 aviateurs (dont 26 officiers) du détachement français.

La tradition reste de mise au sein de ce rassemblement otanien. Et ce, malgré la complexité des missions réalisées. Lors de la clôture de cet événement, une remise de trophées récompensera les unités qui se seront distinguées pendant cette période.

 

Droits : © Armée de l’Air

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :