«

»

mai 28 2012

Des aviateurs se déploient au Canada pour Maple Flag

Pilotes de Mirage 2000-5 à leur retour de vol de familiarisation Depuis quelques jours, des avions de chasse, des ravitailleurs, des avions de transport et de nombreux aviateurs de toutes spécialités ont traversé l’océan Atlantique. La raison de ce déplacement? Cette année, la France participe à l’exercice multinational et interarmées Maple Flag 45  qui se déroule à Cold Lake au Canada du 28 mai au 22 juin 2012. Reportage sur la mise en place logistique et opérationnelle d’un exercice de grande ampleur.

Mardi 22 mai 2012, sur le parking de la base militaire de la 4e escadre de Cold Lake, un avion ravitailleur C-135 et de quatre Mirage 2000-5 du groupe de chasse 1/2 «Cigognes» viennent juste de se poser. Sur le site canadien, de nombreux aviateurs sont déjà en place prêts à les accueillir. Le capitaine Alexandre Prigent, pilote au «Cigognes», participe à son premier Maple Flag et vient d’achever ce long convoyage: «Nous sommes partis samedi de la base aérienne de Luxeuil pour nous mettre en place sur la base d’Istres. Nous avons décollé dimanche matin avec le ravitailleur direction le Canada!»

 

 

Au total neuf pilotes de l’escadron, dont un directeur des vols embarqué à bord du C-135, ont participé au convoyage des quatre Mirage 2000-5. «La première étape s’est déroulée d’Istres vers les Açores, puis vers Bangor aux États-Unis et enfin vers Cold Lake au Canada. Au cours de ce convoyage nous avons réalisé une importante partie en survol maritime, explique le capitaine Prigent. Dans ces conditions, les vols sont plus stressants pour les pilotes. En cas d’éjection, l’eau est à 12°C et les délais pour venir nous récupérer peuvent atteindre quatre à six heures». Au total, pour convoyer les quatre Mirage 2000-5 outre-Atlantique, le C-135 aura délivré 24 tonnes de pétrole. Depuis, ce sont deux Mirage 2000D, deux Mirage 2000N, deux Transall C-160 et un E3-F qui se sont posés sur le parking canadien.

 

Près de 300 aviateurs et plus de 150 tonnes de matériels sont actuellement déployés dans l’État d’Alberta pour Maple Flag 45, organisé par l’armée de l’air canadienne. Cet exercice de combat aérien international, très proche de la réalité, s’échelonne sur deux périodes de quinze jours chacune. L’objectif étant de renforcer l’interopérabilité des forces aériennes au sein d’une coalition. «Nous sommes les premiers arrivés à Cold Lake. D’ici peu, nous serons rejoint par des Britanniques, des Américains, des Néo-zélandais, des Brésiliens, des Allemands et des Néerlandais. Notre mise en place quelques jours avant l’exercice permet aux équipages de se familiariser avec la zone aérienne dans laquelle ils évolueront ces prochaines semaines», tient à préciser le colonel Rémi Bahuon, directeur des éléments français de l’exercice.

Avant le 28 mai, date à laquelle l’exercice débutera officiellement, les spécialistes SIC (systèmes d’information et de communication) s’attèlent à finir de mettre en place les différents réseaux indispensables, les armuriers devront assembler les munitions et les équipages se préparer aux différents scénarios auxquels ils devront faire face. Très prochainement, 27 aéronefs étrangers viendront côtoyer les onze avions français déjà présents sur le parking de Cold Lake. Ils évolueront dans un espace aérien immense qui s’étend sur une zone de 220 km de long et de 150 km de large, «truffée d’installations diverses comme la reconstitution de FOB (Forward Operating Base– base opérationnelle avancée) comme il en existe en Afghanistan ou bien encore des ponts, des infrastructures industrielles et des pistes, décrit le colonel Bahuon. Ce genre d’exercice est essentiel pour nos forces si l’on veut continuer à se tenir prêt à opérer en tout temps et en tout lieu, comme nous l’avons démontré l’an dernier au-dessus de la Libye.»

Texte: LTT Charline Redin

Photos: ADJ Cyril Amboise

Droits : © Armée de l’air

Source: Site de l’AdlA

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :