«

»

mar 25 2011

Fighting Spirit, entraînement aéronaval franco-britannique

Du 14 au 17 mars 2011, un entraînement aéronaval franco-britannique, Fighting spirit, s’est déroulé en Cornouaille. Cet entraînement impliquait des aéronefs et bâtiments britanniques et français auxquels se sont joint des aéronefs américains (Rafale Marine de la flottille 12F de la BAN de Landivisiau, le HMS Edinburgh de la Royal Navy et l’Awacs E-3D de l’escadron 8 de la Royal Air Force (RAF) de Waddigton, F15 des escadrons 492 et 493 de l’US Air Force).

Le scénario : une crise entre deux pays fictifs « Yabil » et « Ozog », l’un voulant s’approprier les richesses pétrolières de l’autre. « Ozog » était protégé sous l’égide des Nations Unies par une force de coalition menée par un troisième pays « Britannica ». L’équipe « Blue air », tenue alternativement par les Français et les Américains, devait porter des assauts à l’encontre de forces « Yabil » situées à terre, l’équipe « Red air » devant les en empêcher.

Les F-15 C et E des escadrons 493 et 492 de l’US Air Force (prépositionnés sur la base de RAF Lakenheath) ont pu réaliser des exercices de bombardement et de protection utilisant les capacités C² (Command and Control) de l’Awacs E3D et les moyens de ravitaillement en vol d’un KC135 provenant de la base de Mildenhall. Une occasion pour les Américains de se mesurer aux Rafale M français.

L’HMS Edinburgh de la Royal Navy (frégate de défense aérienne) a bénéficié de l’occasion de se connecter à l’Awacs en liaison 16 et ainsi de suivre l’action sur le réseau. Les bâtiments britanniques n’ayant que peu d’occasions de travailler avec ce moyen de transmission de données tactiques, ce fut techniquement très profitable. La Royal Navy s’exerce habituellement avec des Hawk , avions d’entraînement de la Royal Air Force. Le faire avec des F-15 et des Rafale M a permis d’éprouver d’autres tactiques élaborées.

Entre 4 et 6 Rafale M de la flottille 12F ont participé chaque jour à l’entraînement. Les pilotes ont pu démontrer leur capacité à faire face à des chasseurs F-15 équipés de radars très performants. En observant les tactiques employées par les américains, ils ont su s’adapter et améliorer les leurs.

La conduite du scénario et le contrôle des missions étaient assurés depuis la RNSFC (Royal Navy School of Fighter Control) de Yeovilton.

Ces entraînements franco-britanniques s’inscrivent dans la dynamique des accords de Portsmouth signés le 2 novembre 2010 par le président Nicolas Sarkozy et le premier ministre David Cameron. Ils concrétisent la volonté commune de créer des liens solides entre les deux Marines dans l’entraînement opérationnel et l’échange des savoir-faire aéronavals.

LV Nicolas LESBATS

Co-organisateur de l’exercice, OPC3D (Officier de Planification et de Conduite des Opérations dans la 3e Dimension) actuellement en échange dans la Royal Navy, au sein de l’unité de l’HMS Diamond .

Sources : © Marine nationale

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :