«

»

fév 15 2011

Le détachement français en action sur le salon Aeroindia

Il existe des pays où l’improvisation fait loi. Une affirmation qui a pu être constatée par le détachement français déployé au salon aéronautique Aeroindia à Bangalore, dans le sud de l’Inde.

Près de trois semaines, à temps plein, ont été nécessaires au coordinateur logistique, le lieutenant Gaëtan Esseric et au chef du dispositif, le lieutenant-colonel Loïc Lemercier

pour préparer la mission. Définition des besoins, acheminement du matériel de soutien et du personnel, prise en compte du logement, de la restauration, des laissez-passer… tout doit être soigneusement défini au préalable. Avant le départ, un plan de déploiement, véritable colonne vertébrale du détachement, est donc établi. « Cette mission a été déclenchée dans un délai trop court pour effectuer préalablement une reconnaissance de site, explique le lieutenant Esseric. Nous avons donc élaboré une évaluation approximative depuis la France, en tenant compte de l’activité aérienne programmée et des moyens offerts par la base aérienne de Yelahanka. Une préparation minutieuse et précise est l’ingrédient principal pour qu’une mission se déroule correctement , poursuit le jeune officier. Et d’ajouter avec réalisme : « Mais on ne peut jamais tout prévoir, il faut aussi savoir s’adapter ! »

Outre trois pilotes de Rafale dont le présentateur Solo Display et son coach, le détachement compte une spécialiste du service des essences des armées, un logisticien de la cellule de ravitaillement technique de la base aérienne de Mont-de-Marsan et un informaticien spécialisé dans l’application Harpagon. Huit fusiliers-commandos de l’escadron de protection de Metz assurent également une permanence 24h/24h sur le site pour veiller sur les installations, le matériel et les aéronefs. Enfin, dix sous-officiers mécaniciens, triés sur le volet, assurent la mise en œuvre et la maintenance des deux Rafale de l’armée de l’air déployés pour l’occasion. Qu’ils soient chef de piste, de spécialités « avionique », « vecteur », « motoriste » ou « armuriers », les aviateurs travaillent du matin au soir, au rythme de l’activité aérienne dense du salon. En effet, chaque jour le Solo Display assure deux vols de présentation, auxquels peuvent s’ajouter des vols au profit du constructeur Dassault Aviation en application d’une convention. Au total, treize vols ont été assurés par le détachement français, une cadence intense qui ne pourrait être possible sans

le travail de chaque personne de l’équipe. Pour preuve, quelques opérations de maintenance curative ont été réalisées par les mécaniciens Rafale au fil des jours. « Grâce au système Harpagon qui offre une approche fiable et rapide des éventuelles pannes du Rafale, nous avons noté qu’une sonde moteur devait être changée, raconte le major Philippe Sert. Nous avons demandé en urgence au centre de permanence du suivi du soutien, basé à Mérignac, l’envoi du matériel nécessaire pour procéder à l’acte de maintenance. Après l’avoir reçu à l’aéroport international de Bangalore, seulement trois mécaniciens ont suffi à déposer le moteur de l’avion, changer la pièce et poser le moteur de nouveau. Après seulement deux heures d’intervention et de vérifications, le pilote du Rafale a pu assurer son vol de présentation de l’après-midi. » Ce jour-là sur le parking des avions, des spécialistes internationaux de la maintenance aéronautique ont observé avec intérêt toutes les étapes de l’opération, notant le calme et le professionnalisme des aviateurs français. Le décollage du Rafale est venu entériner l’efficacité de la manœuvre.

Pour les 29 aviateurs, pilotes de Rafale, mécaniciens, commandos ou cadres, le salon Aeroindia n’aura pas été de tout repos. Mais grâce à leurs capacités d’anticipation, d’adaptation et de réactivité, ils ont su mener à bien leur mission.

Reportage : Ltt Marianne Jeune

Photos : Adj Cyril Amboise

Source

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :