«

»

fév 11 2011

Le C-135 fête ses 47 ans dans les FAS

Le 9 février 2011, le Boeing C135 a soufflé sa 47e bougie auprès des forces aériennes stratégiques (FAS). Retour sur l’histoire de ce ravitailleur qui a marqué et continue de marquer l’histoire de l’armée de l’air.

C’est le 9 février 1964 que le premier Boeing C135F est entré dans les FAS pour assurer, en octobre de la même année, la première alerte opérationnelle française sur la base aérienne de Mont-de-Marsan, aux côtés du Mirage IV, armé de sa bombe AN-11 (bombe à fission et à plutonium).

Depuis 47 années, il participe à la permanence de la dissuasion nucléaire française en donnant l’allonge stratégique au porteur d’arme, d’abord le Mirage IV, puis le Mirage 2000N et maintenant le Rafale. Trois générations de bombardier chasseur pour un même avion ravitailleur.

Aujourd’hui, il est systématiquement impliqué dans les opérations extérieures, où il ravitaille en vol tous les avions de combat français et alliés ainsi que les avions radar E-3F «Awacs».

Au quotidien, le personnel du groupe de ravitaillement en vol « Bretagne », héritier des trois escadrons originels, le «Landes», «l’Aunis» et le «Sologne», et les mécaniciens de l’escadron de soutien technique spécialisé, oeuvrent pour que le C135FR assure les missions qui lui sont dévolues : ravitaillement en vol, transport stratégique de fret comme de passagers, évacuation sanitaire (MORPHÉE).

Après l’arrivée d’une nouvelle motorisation en 1985, des pods de ravitaillement en bout d’aile en 1995, et du kit sanitaire MORPHÉE en 2006, le C135FR est entré dans le chantier important de la navigabilité. Deux appareils ont d’ailleurs déjà reçu leur certificat, le troisième étant en cours de validation.

Le C135 a vécu une carrière riche, qu’il poursuit toutefois dans l’attente de son successeur, le Multi-Role Tanker Transport (MRTT, avion multi-rôle de ravitaillement en vol et de transport) qui devrait être livré en 2015. Alors sonnera pour lui l’heure de la retraite, une retraite amplement méritée !

Texte : Cne Jean-Christophe Pitard Bouet

Source

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :