«

»

nov 26 2010

Premier tir d’évaluation pour le couple Mirage 2000N/ASMP-A




Le mardi 23 novembre 2010 s’est déroulé le premier tir d’évaluation du système d’arme Mirage 2000N et ASMPA (air sol moyenne portée améliorée). Cette opération portait le nom de Topaze.

L’équipage de l’aéronef, composé d’un pilote et d’un navigateur de l’escadron 3/4 «Limousin» a effectué un vol de longue durée (environ cinq heures) au cours duquel il a procédé à l’ensemble des phases importantes d’un vol : haute altitude, plusieurs ravitaillements en vol avec l’avion ravitailleur C135 du groupe de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne », pénétration basse altitude, suivi de terrain, etc.

À l’issue de ces cinq heures de vol, l’équipage a tiré le missile ASMPA (sans charge nucléaire) qui a parfaitement suivi le profil de vol programmé. Mission réussie pour ce premier tir d’évaluation ! «L’escadron 3/4 «Limousin» s’est beaucoup investi dans ce projet » comme le rappelait le colonel Luc Penet, commandant de l’escadron, il y a quelques mois au cours d’une interview pour le magazine «Air Actualités».

Les entités qui ont participé à ce tir sont : l’armée de l’air (les moyens des forces aériennes stratégiques), la DGA (délégation générale pour l’armement) avec le centre d’essai et de lancement de missiles de Biscarosse et la direction de programme Horus, ainsi que l’industriel MBDA et les moyens de la Marine Nationale (pour surveiller la zone maritime).

L’ASMPA est un nouveau missile, équipé d’une tête nucléaire aéroportée (TNA), utilisant un statoréacteur associé à un booster à poudre. Il peut être tiré à différentes altitudes et vole en supersonique en suivant des trajectoires qui lui permettent de contrer les menaces adverses. Il s’agit de la première tête garantie par simulation puisque la TNA est la première arme nucléaire qui n’a pas été développée à partir d’essais nucléaires. Son développement s’appuie principalement sur des données physiques recueillies lors de l’ultime campagne d’essais nucléaires, sur les moyens de calculs intensifs numériques et sur ceux de la radiographie des armes.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :