«

»

nov 25 2010

Un Gardian à l’oeil de Lynx


Le 16 novembre 2010, le Centre opérationnel des forces armées de Polynésie Française est informé de la disparition du « Haura », un poti marara, petite embarcation utilisée à Tahiti pour la pêche côtière, avec sept hommes à son bord.
Le Gardian de la flottille 25F est immédiatement engagé dans une mission de recherche. Il décolle de Faa’a, pour balayer une vaste zone à la recherche d’une embarcation de 6 mètres, réputée pour bien tenir la mer grâce à sa coque en V mais qui ne devrait être facile à détecter par mer 3.

Durant 48h, jour et nuit, le Gardian balaye une très vaste zone. Lors de son 5ème vol, le radar du Gardian détecte un écho à 4 milles nautiques au sud de la première zone de recherche. A bord du Haura, l’arrivée des marins du ciel déclenche des tirs de fusées de détresse. Ces fusées confirment l’identité de l’embarcation : l’appareil de la Marine nationale adresse immédiatement un message d’urgence à tous les bâtiments de la zone pour permettre la récupération des sept naufragés. Le Temanu Taia, un bonitier, se déroute vers la zone située à 18 nautique à l’est d’Aratika et à plus de 40 nautiques de sa propre position. Trois heures plus tard, le bonitier guidé par le Gardian de la 25F récupèrent les sept pécheurs, tous en bonne santé malgré 60 heures de dérive causée par une panne sèche !

L’excellente coopération entre le Temanu Taia et le Gardian a permis à l’équipage d’optimiser ce sauvetage : tandis que l’équipage du bonitier forçait sa machine pour couvrir au plus vite la distance qui le séparait des naufragés, les marins du ciel assuraient un guidage fin vers ces derniers ! Une fois de plus gens de mer, dont les marins du ciel, ont su travailler ensemble efficacement pour mener à bien un sauvetage difficile.

Source

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :