«

»

oct 01 2010

Nouvelle implantation pour le GISV

Le 1er  septembre 2010, le groupe instruction sécurité des vols (GISV) du groupement central des formations aériennes de la gendarmerie a rejoint la base aérienne 120 « Commandant Marzac » de Cazaux. Il était jusqu’alors implanté à Villacoublay. Il remplace la section aérienne de gendarmerie présente sur le site depuis 1992 et qui a transféré son activité sur la base aérienne 106 de Mérignac.

Créées en octobre 1953, les formations aériennes de la gendarmerie se sont dotées d’un centre de formation assurant la transformation opérationnelle de ses équipages : le GISV. Ce dernier a été transféré vers la base aérienne 120 afin de s’inscrire dans un processus global d’optimisation opérationnelle et de rationalisation des implantations géographiques des unités aériennes de la gendarmerie. Le GISV poursuivra son développement dans ses domaines d’action à savoir la formation, le contrôle opérationnel et la prévention.

Labellisé FTO (fly training organisation ), le GISV assure la formation des pilotes, des mécaniciens de bord treuillistes et des opérateurs des systèmes d’observation et de recherche embarqués. Disposant d’un grand nombre de programmes approuvés, il assure la délivrance des qualifications nécessaires mais aussi la formation tactique des équipages, par exemple, pour l’adaptation aux milieux spécifiques d’intervention de type montagne, forêt tropicale, zones urbaines, etc. Le GISV assure également le contrôle annuel du personnel navigant garantissant son maintien en compétences techniques. Enfin, il anime la politique de prévention sécurité des vols sous la responsabilité du commandant du groupement central des formations aériennes de la gendarmerie en liaison avec le conseil permanent de la sécurité aérienne de la gendarmerie.

Le GISV dispose d’une vingtaine de membres dont huit moniteurs pilotes et six instructeurs mécaniciens de bord. Il est doté de trois hélicoptères. Parallèlement à cela, le GISV peut être renforcé en cas de besoin, ou participer au renforcement d’unités notamment en cas de catastrophes naturelles ou de troubles à l’ordre public. Annuellement, 2000 heures de vol sont réalisées au profit d’une centaine de stagiaires en moyenne parmi lesquels des gendarmes et des militaires d’autres armées ou personnel de l’État.

Source: armée de l’air

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :