«

»

août 27 2010

Tchad : premier desserrement des Mirage 2000 à Garoua


Le 19 août, deux Mirage 2000C et un C160 Transall de la base aérienne 172 de N’Djamena ont effectué un desserrement à Garoua au Cameroun, à 450 km au sud de la capitale tchadienne. Cette mission était une première pour les Mirage 2000 qui ont relevé les Mirage F1 en juin dernier. Elle rentre dans le cadre du contrat opérationnel de chaque détachement, notamment l’escadron de chasse, qui doit découvrir les installations des différentes plates-formes aéroportuaires (PFA) de desserrement de la région. Garoua, avec sa piste de 3400 mètres, est la PFA idéale.

Les objectifs de cet exercice sont multiples :

– effectuer un entraînement de redéploiement,

– familiariser les pilotes à la procédure de dégagement,

– valider la possibilité d’avitaillement de tous les aéronefs.

Cette dernière partie est très importante. Réalisée par le service des essences des armées (SEA), l’opération consiste à ajouter un additif anti-glace au kérosène des Mirage 2000, livré sur la plate-forme camerounaise. Cet additif permet d’éviter que l’eau présente dans le carburant ne puisse geler pendant des vols à haute altitude. Le SEA a pu tester son mélangeur, qui permet d’ ajouter automatiquement au kérosène la quantité d’anti-glace nécessaire pour avitailler les chasseurs.

Le détachement a été accueilli par le LCL Barthélemy Tsilla, directeur de l’école de pilotage de Garoua, et par le LCL François-Régis Delobal, chef du projet Pôle Aéronautique National à Vocation Régionale (PANVR) et responsable de l’équipe de coopérants français au sein de l’école de pilotage de Garoua. Cette école existe depuis 10 ans, produit d’une coopération entre la France et 16 pays africains (Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République Centrafricaine, Congo Brazzaville, Côte d’Ivoire, Gabon, Ile Maurice, Madagascar, Mali, Niger, R.D Congo, Sénégal, Tchad, Togo).

Elle forme :

– les pilotes d’ULM sur TETRAS, de fabrication française (Hubert aviation),

– les observateurs pilotes,

– les moniteurs ULM,

– les techniciens ULM.

L’école organise chaque année la sélection des stagiaires pour intégrer le cours spécial de l’école de l’air de Salon-de-Provence.

Plus d’éléments complémentaires sont présents sur le site Opérations

Source

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :