«

»

août 19 2010

Visite du commandant de la force Épervier à Abéché

Le 2 août 2010, le colonel Bruno Maigret, nouveau commandant de la force (Comanfor) Épervier depuis le 29 juillet, a visité le détachement du camp « Capitaine Croci » à Abéché, à 850 kilomètres de la capitale Tchadienne, N’Djamena.

Lors de cette visite, il a assisté à une campagne de tir du détachement « terre » du camp Croci, puis a pris place à bord d’un hélicoptère Puma pour se rendre sur le champ de tir de Tchoukoutoum. Il a pu suivre une manœuvre de tirs d’arrêt face à une force rebelle. Le scénario prévoyait notamment des show of force des Mirage 2000C c’est-à-dire une démonstration de force par un passage à très grande vitesse et à faible altitude.

Depuis 1986, l’opération Épervier, qui est un dispositif militaire interarmes, a pour mission principale de protéger les ressortissants français résidant au Tchad mais aussi, d’apporter un soutien logistique aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes, conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad. Le groupement « air » de la base aérienne 172 de N’Djamena réalise quotidiennement des missions diverses telles que transporter du personnel et du fret à travers le territoire tchadien, assurer l’éventail de missions air-air et air-sol par les Mirage 2000C, extraire des ressortissants de lieux inaccessibles ou encore mener des évacuations sanitaires.

De retour sur Abéché, le colonel Maigret a été reçu en entretien par le gouverneur de la région de Ouaddaï, son excellence le général Ahmat Dari.

Le colonel Maigret, qui succède au colonel Bruno Caïtucoli dans sa fonction de Comanfor, a commandé la base aérienne 116 de Luxeuil pendant deux ans. Il n’est pas en terre inconnue au Tchad puisqu’il s’y était déjà rendu en 1990 et en 1992 alors qu’il était pilote de Jaguar au sein de l’escadron de chasse 3/7 « Languedoc ».

Source: Armée de l’Air

4 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

  1. M.G.

    Etes vous conscient du ridicule de votre expression « show of force des Mirage 2000C » puisque vous la traduisez immédiatement après « c’est-à-dire une démonstration de force ». Pourquoi n’avez vous pas écrit directement en français votre description ? Pourquoi utiliser une expression étrangère ? Il n’y a aucune bonne raison de le faire. Je vous invite à vous exprimer en français, cela vous aidera à conceptualiser en français. N’ayez pas honte d’écrire en français.

    1. B. Brown

      Comme c’est indiqué en bas de l’article, le texte est tiré directement du site de l’armée de l’air. Le travail des journalistes de l’Armée de l’Air m’a toujours paru être de très bonne qualité, particulièrement si on le compare à celui de certains journalistes des « grands » médias.

      Le site de l’AdlA n’indiquait pas qui est précisément l’auteur de cet article, mais il me semble rédigé de façon parfaitement convenable et je ne me permettrais pas de le modifier sans son autorisation.

      Il est probable que l’auteur ait choisi d’utiliser le terme anglais car c’est celui qui est employé dans l’AdlA de façon courante, quitte à l’expliquer ensuite, au bénéfice de ceux qui sont moins familiers avec ce monde et son vocabulaire.

  2. booster1

    demontration de force est une traduction erronnée,la traduction c’est une mesure d’intimidation
    aerienne grande vitesse et ba sans delivrance d’armement

  3. booster1

    @MG
    Le language aeronautique est en Anglais et les pilotes de combat du monde entier
    connaissent ce terme ,ne connaissant pas les competences en la matiere de l’administrateur de ce site
    cela merite indulgence
    les task order de l’armée de l’air sont rediges en show of force et non pas mission d’intimidation

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :