«

»

juin 17 2010

Arrivée des Mirage 2000 à N’Djamena

Une nouvelle page de l’histoire de la base aérienne 172 «Sergent-chef Kosseï» de N’Djamena (Tchad) se tourne, le samedi 12 juin, avec l’arrivée de trois Mirage 2000 RDI. Trois monoplaces, deux de l’escadron de chasse (EC) 1/12 «Cambrésis» de Cambrai et un de l’EC 2/5 «Île-de-France» d’Orange viennent remplacer les quatre Mirage F1 du détachement chasse, qui a symbolisé pendant 27 ans la présence française au Tchad dans le cadre de l’opération Epervier.

À 11h50 locales, les yeux tournés vers le ciel, le personnel de la base aérienne assiste au défilé aérien marquant l’arrivée des Mirage 2000. En tête du dispositif, un avion ravitailleur C135 FR est suivi par les trois Mirage 2000 RDI. Un peu plus loin, se tiennent les quatre Mirage F1 en formation «Losange». Ces derniers les ont escortés dès leur entrée dans l’espace aérien tchadien afin de pouvoir réaliser ce passage au-dessus de la base aérienne. «Les Mirage 2000 sont déjà venus une fois pour un détachement de deux mois au début de l’année 1992. À l’époque, il s’agissait de Mirage 2000 RDM de Dijon», se souvient le colonel Bruno Caïtucoli, commandant de la force Épervier au Tchad. Et de poursuivre : «S’ils sont ici aujourd’hui, c’est grâce à une préparation qui a été faite largement en amont. Ce premier détachement ouvre la voie pour tous ceux qui vont suivre. Il y a un énorme travail à accomplir pour s’approprier la mission au Tchad et montrer que la confiance placée dans les Mirage 2000 RDI est légitime.»

Les Mirage 2000 RDI rempliront les mêmes missions que les Mirage F1 qu’ils remplacent, à l’exception de la fonction reconnaissance qui sera assurée, au besoin, par une cellule de renforcement temporaire projetable depuis la France. Ils complètent la capacité aérienne française déployée au Tchad, composée, en outre, de trois aéronefs de transport (deux C160 et un Casa 235) et d’un C135 FR ravitailleur.

Dès le jeudi 17 juin, les Mirage F1 quitteront le territoire africain, mais ils poursuivront leur engagement sur le théâtre afghan.

Reportage : adjudant Jean-Laurent Nijean

Photos : adjudant Richard Nicolas-Nelson

Source

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :